Carduelis

Carduelis, le chardonneret : les emblémistes français ont leur emblème ; leur page, un nom.

Le vœu de créer une société française d’études de l’emblème s’exprime pour la première fois à Glasgow en 2011. En 2014, la Society for Emblem Studies lui donne corps en fixant à Nancy en 2017 son prochain congrès international. Le comité qui préside alors à son organisation choisit comme marque une délicate vignette de Jacques Callot tirée de son recueil d’emblèmes Lux claustri (1628-1629). Sous un ciel de plein été, au loin se dessinent les lignes subtiles d’un petit paysage, les collines et la cuvette du site de Nancy. Sous nos yeux, perché sur un chardon, blason de la ville (assorti de la devise fière et martiale Non inultus premor, Qui s’y frotte s’y pique), le chardonneret de Callot assure que « rien de rude ne l’épouvante ». De fait, du 3 au 7 juillet 2017, pour la première fois une ville française, Nancy, accueille la vaste communauté internationale des spécialistes de l’emblème, après que les organisateurs ont surmonté sans peur les rudes obstacles attachés à une telle entreprise. 2018 : ils adoptent une deuxième devise : « Continuons ! »

L’ornithologie et la botanique racontent que l’oiseau comme son garde-manger végétal sont des enfants de familles nombreuses, avec genres, espèces et sous-espèces, toutes sortes de cousins. Par exemple, il ne faut pas confondre Cirsium arvense L., le chardon des champs, du genre des cirses, avec Eryngium alpinumL., le chardon des Alpes, qui est une ombellifère, ni avec l’artichaut, le panicaut, la cardère ; Carduelis carduelis carduelis, le chardonneret élégant, ou d’Europe, qui vit en Europe occidentale et centrale, est autre oiseau que Carduelis carduelis loudoni, dont l’aire de répartition se limite à l’Iran septentrional.

Les oiseaux des emblèmes délaissent la géographie à courte vue humaine. Le chardonneret de Callot se trouve bien en Lorraine, en France, et partout. Une plante qui protège ses graines derrière des piquants, cela est de tous les contes, c’est une leçon de vie indifférente à la diversité des coutumes.

Lire le livre de la nature puis établir des connexions entre son observation et des histoires, voilà une démarche profondément civilisée. L’emblème est le résultat d’un va-et-vient diligent, toujours insatisfait entre la vie vue et la vie racontée, l’ordre des phénomènes et celui des récits. Le chardonneret de Camerarius, qui est censé s’exprimer depuis l’Allemagne, expose son mode de nutrition : « Je m’en nourris. » Au-delà d’un modèle de frugalité, il désigne une philosophie pratique à vocation universelle.

Un cœur fort voit dans la fortune contraire une nourriture.

Le tendre chardonneret trouve dans l’épine sa provende.

 

Comme ce passereau que les Anciens ont observé, étudié avec les moyens de leur temps, « l’homme résolu, vif et actif tient que les choses difficiles et ardues sont un aliment de la vertu. Aussi s’accomplissent-elles plus aisément, plus joyeusement que les autres. Cette disposition alerte, généreuse, est aux antipodes d’une conduite intéressée ou mercantile », ajoute le commentateur. Il sait qu’avant lui, de grands esprits ont médité la supériorité du courage désintéressé sur les conduites mercenaires, pensé la force fécondante de la difficulté, la stimulation exercée par les situations apparemment insurmontables. Il cite par exemple le mot « E d’altro non mi cale » du Napolitain Cesare Capaccio, qui citait lui-même Pétrarque (ou l’Arioste au chant XXXV du Roland furieux, quand Bradamante sent sa figure rosir au nom de Roger, parce qu’elle ne veut pas d’autre adversaire que lui, qu’elle n’entend pas se fatiguer à combattre des chevaliers qui ne seraient pas de sa force ?) Par ces renvois dans plusieurs langues, par ces expressions de la gratitude et du désir de dialogue, c’est un réseau qui s’établit, une « toile » qui se tisse (ou un rhizome nutritif, une réserve d’énergie souterraine ?) Nous ne sommes pas (seulement) « modernes » ; à travers les emblèmes et les amis-livres, nous comprenons que nous avons la chance de pouvoir être très jeunes et très anciens.

L’emblème de Callot laisse penser que le grand graveur a dessiné, sans trop s’en faire, ce qui lui était familier : un chardonneret élégant qui vient de plonger son bec dans le capitule moelleux d’un chardon des champs, ce redoutable envahisseur des terrains calcaires fertiles. C’est déjà quelque chose de précis. Les auteurs d’emblèmes se soucient rarement de taxinomie. L’emblème, comme la fable, est plutôt générique, mais les auteurs et les illustrateurs n’ignorent pas qu’avant eux, auprès d’eux, des naturalistes sont à l’œuvre. Les emblémistes, eux aussi, ont des sortes de rangements et d’herbiers, qui sont de mots, de lieux communs, de citations vénérables ou insolites, de sentences à la belle sonorité, de métaphores et de concetti. Toutefois, leurs arrangements sont d’autre manière, et la rêverie, les opérations imprévues de l’imagination n’ont pas la rigueur des sciences de la nature. Leur hospitalité envers les contradictions et les paradoxes n’est jamais en défaut. Outre le chardonneret, le chardon a pour hôtes le papillon et l’âne. Il y a là des inventions qui défient l’indexation – avant de s’y soumettre plus ou moins – et qui enchantent.

L’étymologie, l’iconographie, la symbolique du chardonneret et du chardon remplissent à leur tour des encyclopédies. Et il n’est pas de traits de leur observation, des légendes qui leur sont attachées, que l’on ne puisse faire servir plaisamment à la construction d’emblèmes. Lisons donc métaphoriquement ce qui nous plaîtdans les dictionnaires et les ouvrages des naturalistes. Nous retiendrons que le chardonneret est un petit passereau aux couleurs vives et variées qui affectionne les graines de chardon et que l’on apprivoise pour la beauté de son plumage, l’agrément de son chant et sa docilité. Son chant est joyeux et son vol est une danse. Au printemps, la danse nuptiale, en troupe, a lieu dans une forêt ou un verger et il défend son territoire. Les chardonnerets sont sociaux et bavards. Ils vivent presque toujours en groupes ou en petites colonies familiales et confortables. A chaque moment ils recherchent des aliments dans les accotements des chemins riches en herbes folles, les endroits sauvages, les coins isolés, les fermes abandonnées, les usines vacantes ou les jardins négligés. Ils s’alimentent de graminées sauvages et des graines de mauvaises herbes hautes, et ont des talents acrobatiques pour voleter entre les simples et en manger les graines et les tiges. Le bec est un outil de précision idéal pour extraire les graines fines et nourrissantes. Au cours de la saison de reproduction, ils obtiennent des protéines supplémentaires sous la forme de petits insectes et araignées, qu’ils ramassent entre les feuilles d’arbres.

Lisez ces lignes ouvertes comme vous les entendez. Chacun aimera gloser ironiquement le « bavardage », la « défense du territoire », les « jardins négligés ». En attendant, je m’amuserais volontiers à voir dans les « usines vacantes » le passé sidérurgique de la Lorraine et dans les « petites colonies familiales et confortables » les « académies des champs » et de l’éther immatériel constituées depuis quelques années autour de nos prédilections communes pour la pensée figurée. Quant aux « protéines supplémentaires », ne sont-ce pas les congrès de la SES ? Et les feuilles d’arbres, des feuilles, tout simplement.

Paulette Choné


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.